La chirurgie esthétique n’a pas pour seule expression de lutter contre le temps, qui bouleverse les lignes de notre visage, c’est aussi redessiner une partie de notre visage que nous n’aimons pas, ou plus.
Chez les femmes, mais aussi chez les hommes, le désir d’un changement se révèle à un moment précis, qu’il soit d’une importance cruciale, ou superflue. Ce n’est plus une utopie, le lifting du visage est la clé pour les pommettes qui s’affaissent, les bajoues ou un double menton apparent, l’angle des lèvres vacillant, les rides naissantes… Toutes ces corrections sont désormais réalisables.
Rajeunir, et neutraliser les signes d’un vieillissement peuvent être obtenus grâce au lifting du visage ou lifting cervico-facial.

Le lifting peut suspendre le temps et redonner une beauté naturelle au visage et au-delà, redonner confiance en soi, à travers le regard des autres, mais aussi le sien.

Définition, causes et objectifs

Le rêve d’une éternelle jeunesse tel est l’obsession du siècle. La révolution anti-âge est en marche et les bons gestes pour préserver notre capital jeunesse se multiplient.

Le vieillissement de la peau, qui est l’effet naturel du temps, mais pas seulement, fait perdre à celle-ci son élasticité et sa tonicité, d’où un relâchement résultant d’une diminution des fibres élastiques de l’épiderme. Une atrophie qui est fortement favorisée pour les fumeurs, une exposition trop excessive au soleil, la ménopause et l’abus d’alcool.

A la perte d’élasticité cutanée, peut s’ajouter :

  • Un relâchement des muscles du visage (muscles peauciers de la joue et du cou à l’origine de la « mimique »).
  • Une fonte graisseuse (joues creuses)
  • Un excès graisseux avec des amas graisseux notamment au niveau du cou et des bajoues.

Le lifting cervico-facial, pour qui et quand ?

Dès nos quarante ans, tant pour la femme que pour l’homme, le besoin et l’envie peuvent naître en nous. C’est à ce moment-là, plus généralement, que les premiers signes anatomiques de vieillissement apparaissent.

L’indication peut être clairement établie sur le plan clinique (anatomique) à votre première consultation: sur un patient ou sur une patiente assis(e) ou debout, la traction en haut et en arrière de la peau du cou et de la joue (à l’aide du pouce et de l’index) doit entrainer une nette amélioration esthétique sur les stigmates du vieillissement. Cette manœuvre apporte d’ailleurs un bon aperçu du résultat attendu après l’intervention.

A noter que le lifting chez l’homme comporte quelques particularités (présence de zones pileuses de la barbe, chevelure plus clairsemée) nécessitant des précautions particulières.

Les différents liftings du visage, ce qu’il faut savoir dans le détail !

Plusieurs types de liftings permettent d’améliorer les disgrâces provoquées par le vieillissement :

Le lifting classique cervico-facial

C’est le lifting le plus fréquemment réalisé. Le lifting cervico-facial corrige les signes du vieillissement du visage depuis la région des tempes jusqu’au cou en passant par la joue (correction des sillons nasogéniens, traitement des bajoues). Il aura pour but de traiter l’affaissement et le relâ­chement de la peau (et dans certains cas des muscles superficiels du visage et du cou appelés muscles peauciers).

Chaque praticien a ses propres techniques, mais plus généralement, la cicatrice est dissimulée au pourtour de l’oreille et dans le cuir chevelu. Sa réalisation doit concerner les tissus superficiels et le décollement doit être modéré pour que les suites soient simples et rapides et que le résultat soit naturel (tout en restant durable dans le temps).

Mon objectif est la pleine satisfaction de la patiente ou du patient. Nous étudions ensemble, avec précision, lors de la première consultation, les moindres détails de l’intervention et ceci pour une meilleure compréhension de l’opération et de ses différentes étapes.

J’aime à rappeler que le retrait de l’excèdent de peau corrigeant les stigmates de la vieillesse doit se faire impérativement sans aucune hyper-correction c’est à dire sans aucune tension excessive (le but étant d’éviter toute grande sollicitation cutanée pour une bonne cicatrisation et un résultat naturel).

Le lifting frontal

L’intervention permettra de corriger les aspects suivants à l’aide d’une cicatrice cachée dans le cuir chevelu (ou juste devant la ligne d’implantation des cheveux selon les cas) :

  • Front ridé et détendu.
  • Surplus de peau aux paupières supérieures dû à des sourcils affaissés (notamment de la queue du sourcil).
  • Rides du lion (rides verticales situées entre les deux sourcils).
  • Pattes d’oie (rides situées autour des yeux).

Ce lifting est rarement utilisé depuis l’avènement du botox* (toxine botulique). Ses rares indications peuvent être posées en cas de rides du tiers supérieur du visage (rides frontales) s’accompagnant d’une chute conséquente des sourcils.

Le lifting temporal

Il ne concerne qu’une partie des zones traitées par le lifting cervico-facial. Le lifting temporal permet d’améliorer les stigmates du vieillissement de la région de la tempe. Cette région à la jonction entre les régions frontale et cervico-faciale. Le lifting temporal qui peut être réalisé isolément est, en pratique, souvent associé pour compléter un lifting cervico-jugal ou à une chirurgie des paupières (blépharoplastie).

Ce lifting est indiqué lorsqu’il y a une chute de la queue du sourcil et un excès de peau sur la partie externe de la paupière supérieure (rides de la patte d’oie). Il permet à partir d’une cicatrice cachée dans le cuir chevelu, après en décollement superficiel du front et des tempes sans toucher aux muscles, de corriger les rides de la patte d’oie et de remonter la queue du sourcil (en la remettant en bonne position sans aucune hyper-correction).

Le lifting du cou ou cervical

Il est communément appelé le mini-lifting du visage. Ce lifting du bas du visage va corriger les excédents cutanés (et graisseux selon les cas) du tiers inférieur du visage :

  • au niveau du cou : fanons, rides, comblement ou disparition de l’angle cervico-mentonnier (angle entre le cou et le menton)
  • voire au niveau de l’ovale : les bajoues et rides d’amertumes.

Les cicatrices courtes sont dissimulées en arrières des oreilles

D’autres thérapeutiques … pour des résultats complémentaires

Ces opérations peuvent être associées à d’autres gestes :

  • Une autre chirurgie esthétique du visage telle qu’une chirurgie esthétique des paupières (blépharoplastie) ou une injection de graisse au niveau du visage appelée lipofilling pour repulper des joues creuses.
  • Il existe des thérapeutiques complémentaires de médecine esthétique, courantes dans leur pratique qui peuvent être envisagées. Bien sûr, c’est lors de notre rencontre lors de la première consultation que nous pouvons étudier ensemble les indications : laser, dermabrasion, peeling,  injections d’acide hyaluronique, injections de toxine botulique, PRP…

Comment préparer son intervention

Tout comme pour les autres interventions en chirurgie plastique et esthétique, une consultation préopératoire est recommandée à mon cabinet. Cette consultation est nécessaire pour évaluer la faisabilité de l’intervention. Un devis détaillé vous sera remis lors de ce rendez-vous.

Quelques recommandations :

  • Il est vivement conseillé de cesser de fumer au minimum un mois avant l’opération, à cet effet nous vous conseillons de consulter un médecin spécialisé dans l’arrêt du tabac.
  • La prise d’aspirine est contre indiquée dix jours avant l’intervention et quelques jours après. D’autres médicaments, contre la douleur, vous serons prescrits à cet effet.
  • Les cheveux seront lavés le jour précédant l’intervention ainsi que le matin-même de l’opération, et toute trace de maquillage sera retirée.
  • Si l’anesthésie locale n’est pas pratiquée, par conséquent, c’est l’anesthésie générale que nous pratiquerons, et la patiente ou le patient observera un jeûne total, qui implique qu’il ne faut absorber de nourriture ni de boisson, et ceci dans les six heures précédant l’opération.

Concernant l’anesthésie et l’hospitalisation

L’intervention dure 1h30 à 3 heures selon l’importance des corrections à apporter.

C’est une intervention chirurgicale sous anesthésie générale ou neurolept-analgésie (anesthésie locale assistée), selon la nature des gestes opératoires et cela nécessite une hospitalisation de courte durée de 3 à 24 heures.

La décision du type d’anesthésie, sera prise lors d’une consultation, et dans le souci de mes patients, je m’emploie à trouver la meilleure anesthésie en fonction des gestes chirurgicaux pour garantir un résultat optimal.

La technique du lifting cervico-facial

C’est le lifting le plus classique, que je conseille dans la très grande majorité des cas. Il concerne le cou, les joues (lifting cervico-jugale), et remonte le plus souvent jusqu’au niveau des tempes pour un traitement plus complet: on l’appelle, alors, plus exactement « lifting temporo-jugo-cervical ».

De nombreuses techniques de lifting du visage sont décrites dans la littérature médicale. Voici les techniques d’usage, sachant que le procédé repose sur des principes de base :

  • A partir d’une incision, une cicatrice est dissimulée au pourtour de l’oreille et dans la chevelure, un décollement est effectué sous la peau, l’excédent de peau est retiré, et le relâchement des muscles traité selon les cas.
  • Ce traitement doit corriger l’affaissement tout en conservant au visage son expression naturelle. Les traits du visage ne doivent en aucun paraître « tirés ».
  • Souvent, au lifting du visage s’associe une liposuccion du cou et des bajoues pour supprimer des excès de graisse, et/ou une lipostructure (lipofilling) pour réinjecter de la graisse destinée à combler les dépressions et pertes de volume, notamment au niveau des joues (joues creusées) et des tempes.
  • A noter qu’une action musculaire (elle doit être superficielle), si elle s’avère être nécessaire, rend le résultat plus durable (le plan musculaire étant plus solide de par son tonus).
  • La peau « redrapée » naturellement vient épouser la forme créée par la mobilisation musculaire, la lipostructure ou la lipoaspiration. L’excédent cutané est supprimé, les sutures faites sans tension.
  • En fin d’intervention, je pose un pansement qui fait le tour de la tête et qui sera enlevé le lendemain de l’intervention.

Quelques précisions et informations sur un lifting temporal associé :

Selon la disposition de l’implantation des cheveux, le chirurgien esthétique incise soit dans le cuir chevelu (incision intra-capilaire disposée plusieurs centimètres derrière la lisière des cheveux) ou soit juste devant (incision pré-capillaire). C’est à partir de l’incision, qu’un décollement est pratiqué dans le plan sous cutané. Son étendue est fonction entre autres de la laxité tissulaire. On procède ensuite, à la remise en tension précise des tissus. L’expression faciale est conservée par l’ascension de la pointe du sourcil et le « redrapage » modéré de la peau.

Ce sont des gestes chirurgicaux très appréciés et que je conseille à mes patients.

Les suites de votre opération

– Un pansement est placé autour de la tête. Il est gardé jusqu’à la douche du lendemain matin et bien sûr, la sortie se fait sans aucun pansement.
– Une simple désinfection quotidienne par un antiseptique (chlorhéxidine) et une application de vaseline suffira pour les soins des premiers jours.
– Il faudra éviter tout effort durant les 10 premiers jours.
– L’œdème (gonflement) et les ecchymoses sont les plus marqués au 2ème et 3ème jour disparaîtront en 7 à 10 jours.
– Les cicatrices même si elles sont en majorité masquées par les cheveux resteront rosées quelques semaines (hyperplasie physiologique de toute cicatrice).
– Un arrêt de travail de quelques jours à une semaine est souhaitable. C’est au cas par cas que je recommande un arrêt de travail et en fonction de l’activité du patient.
– La reprise des activités sportives peut être envisagée au bout 3 semaines.
Le résultat sera pleinement visible entre 1 et 2 mois.

 Il est souvent remarqué une sensation de tension légèrement inconfortable du visage, surtout vers l’arrière des oreilles.
– Le patient peut avoir quelques douleurs que l’on peut soulager par des antalgiques simples, surtout pas, comme déjà dit, de l’aspirine.
– Pour finir, le patient peut ressentir une diminution de la sensibilité du cou ou des joues. Ce qui est tout à fait normal et qui est lié aux gestes chirurgicaux, dû au décollement de la peau. Cela peut durer quelques semaines.