Background

La Dilatation Coronaire

à partir de 2590 €

C’EST QUOI ?

L’angioplastie coronaire consiste à rendre aux artères coronaires rètrécies par la maladie un diamètre suffisant pour une circulation sanguine efficace. En pratique, cela consiste à introduire dans l’artère et jusqu’à l’endroit rétréci un fin ballonnet qui sera ensuite gonflé pendant quelques secondes pour dilater le segment malade. Dans la majorité des cas, on placera alors dans l’artère une petite prothèse ou  » stent  » qui permettra de maintenir le résultat en empêchant l’élasticité de l’artère d’en réduire à nouveau le diamètre.

L’indication d’angioplastie coronaire ne peut être posée qu’après visualisation de vos artères coronaires par coronarographie; dans la moitié des cas, la coronarographie est immédiatement suivie de la procédure de dilatation au cours d’une séance dont la durée excède rarement 60 minutes. Dans les autres cas, l’angioplastie est programmée suite à une coronarographie réalisée au préalable dans notre ou dans un autre hôpital.

Plus de 12000 angioplastie coronaires ont été réalisées à ce jour dans notre unité. Actuellement, 800 à 900 procédures sont réalisées chaque année.

Un geste de revascularisation est indiqué en cas d’angor (douleur dans la poitrine) instable (c’est-à-dire dont les caractéristiques cliniques traduisent un état de pré-infarctus) : l’angioplastie doit alors être réalisée dans un délai de 24 à 48 heures après le début des symptômes, afin d’éviter l’évolution vers une complication ischémique. Au cours de l’infarctus du myocarde, la dilatation coronaire apparaît comme une méthode efficace de désobstruction de l’artère coronaire occluse, dans un délai de douze heures après le début des symptômes. Enfin, en cas d’échec de la thrombolyse qui consiste à injecter un médicament en intra-veineux destiné à déboucher l’artère, une angioplastie complémentaire, appelée angioplastie de sauvetage assure la restauration du flux coronaire. Les complications possibles d’une angioplastie sont l’infarctus du myocarde et la dissection coronaire, écrit l’auteur de l’article. Le premier accident est souvent lié à l’occlusion d’une petite branche collatérale et reste la complication la plus fréquente ; le second est la résultante du traumatisme engendré par le ballon, explique-t-il. Selon lui, l’utilisation conjointe de puissants médicaments anti-plaquettaires contribue à réduire les complications des angioplasties à risque. « Le bénéfice de cette technique est à mettre en balance avec son risque, imposant de bien poser au départ les indications avec une information clairement délivrée au patient. Ce geste survenant dans la vie d’un coronarien ne doit être qu’une partie de la prise en charge globale des facteurs de risque de la maladie athéromateuse« , prévient le spécialiste. Afin d’optimiser son rapport coût/bénéfice, il est important de respecter certaines mesures, conclut-il : arrêt du tabac, lutte contre l’obésité et la sédentarité, traitement d’une hypertension artérielle et/ou d’une hypercholestérolémie.

Le principal symptôme de la maladie coronarienne est une sensation de lourdeur ou de pression dans la poitrine. Cette douleur peut aussi toucher les bras, la mâchoire, la gorge ou la partie supérieure du dos. Les symptômes apparaissent généralement à l’effort et disparaissent au repos. Cependant, les signes avant-coureurs de la maladie coronarienne n’apparaissent pas dans tous les cas. En fait, certaines personnes n’éprouvent qu’une sensation de fatigue intense à l’effort. Les principales complications de la maladie coronarienne sont l’angine et les crises cardiaques.

Le médecin diagnostique une maladie coronarienne d’après les symptômes et les résultats d’analyses et d’examens. En général, il réalise un examen physique et demande des analyses sanguines pour préciser le diagnostic. Il peut aussi recommander divers examens, notamment une épreuve d’effort, une scintigraphie cardiaque et un cathétérisme cardiaque. Le cathétérisme révèle la gravité de la maladie et permet de déceler les artères touchées. Cet examen joue un rôle important pour déterminer si le patient doit subir un pontage coronarien.

SUIVEZ NOTRE ACTUALITÉ

Viande de mouton, à consommer avec modération …

L’Aïd el-Kebir est l’une des principales fêtes annuelles de l’islam au cours de laquelle des moutons sont sacrifiés. Cependant les gens...

Régime au yaourt : une option saine pour perdre du poids

Le régime au yaourt est un régime équilibré qui ne repose pas uniquement sur la consommation de ce produit laitier . Bien qu’il existe des plans « miracles »portant le même nom, nous proposons aujourd’hui un modèle équilibré qui offre de meilleurs résultats sans poser de risques pour votre santé. Le...

Chirurgie esthétique : des risques pour une future grossesse ?

Certaines femmes désirent passer par la case chirurgie esthétique… Mais si elles veulent tomber enceinte par la suite, de telles opérations...