Background

ADÉNOME DE PROSTATE

2945 €

C’EST QUOI ?

La prostate est une glande située sous la vessie, réservoir dans lequel l’urine est stockée avant d’être évacuée lors de la miction. Elle forme une sorte de manchon autour de l’urèthre, de la taille d’une châtaigne. Ainsi, pour sortir de la vessie, l’urine passe t-elle à travers la prostate, par le canal de l’urètre, qui parcourt ensuite la verge, jusqu’au méat uréthral.

L’adénome de prostate (appelé hypertrophie bénigne de la prostate) est une tumeur bénigne très fréquente qui touche, à des degrés divers, la presque totalité des hommes le plus souvent après 50 ans.

Avec l’âge, la prostate se modifie en grossissant et devenant moins souple. Par sa position, elle peut entraîner un inconfort et une gêne au moment d’uriner.

À l’approche de la cinquantaine, de nombreux hommes sont concernés par les troubles urinaires consécutifs à un adénome de la prostate. Près de 100 000 nouveaux hommes se plaignent chaque année de troubles urinaires pouvant être en rapport avec cette maladie.

471_PSA-Know-Your-Number_online-FRE

Cette intervention consiste à élargir le canal de l’urèthre intra-prostatique en enlevant l’adénome obstructif. On recrée une sorte d’entonnoir entre vessie et urèthre. Il faut bien comprendre que le segment intra prostatique de l’urèthre n’est qu’une fine membrane qui part avec la résection, que le chirurgien enlève des tissus mais ne reconstruit rien ; il laisse en fin d’intervention une plaie cruantée, cauthérisée dont la réparation demandera au moins 3 mois, temps pendant lequel l’opéré perçoit des symptômes irritatifs correspondant à ce temps de cicatrisation.

L’avantage de cette technique est de ne pas laisser de cicatrice cutanée. Cette intervention entraîne habituellement une éjaculation rétrograde, le sperme reste dans le canal et est ensuite évacué avec l’urine. En revanche, l’érection n’est que très rarement perturbée

Son action est souvent définitive et permet d’arrêter le traitement médical. L’adénome peut néanmoins repousser plusieurs années après l’intervention et entraîner une réapparition des symptômes.

Pendant un mois, il faut formellement éviter tout effort abdominal, donc sport, bricolage, jardinage, constipation, rapports sexuels. Vous risquez sinon de faire saigner, de façon plus ou moins abondante. Si des caillots se forment dans la coque prostatique et la vessie, une rétention d’urines devient alors fort possible avec hospitalisation voire reprise au bloc opératoire.

Pendant cette période il vaut mieux boire régulièrement au moins 2 litres par jour ; ceci diminue ce risque de caillotage et l’infection urinaire.

Jusqu’au troisième mois, dîtes vous que la cicatrisation est en cours et que tant que celle-ci n’est pas acquise, persistent des troubles fonctionnels : envies pressantes, mictions trop fréquentes, parfois fuites. Néanmoins le jet doit être facile. Si celui-ci s’amenuise au fil des semaines, il y a probablement un problème de canal, demandez nous alors conseil.

SUIVEZ NOTRE ACTUALITÉ

Viande de mouton, à consommer avec modération …

L’Aïd el-Kebir est l’une des principales fêtes annuelles de l’islam au cours de laquelle des moutons sont sacrifiés. Cependant les gens...

Régime au yaourt : une option saine pour perdre du poids

Le régime au yaourt est un régime équilibré qui ne repose pas uniquement sur la consommation de ce produit laitier . Bien qu’il existe des plans « miracles »portant le même nom, nous proposons aujourd’hui un modèle équilibré qui offre de meilleurs résultats sans poser de risques pour votre santé. Le...

Chirurgie esthétique : des risques pour une future grossesse ?

Certaines femmes désirent passer par la case chirurgie esthétique… Mais si elles veulent tomber enceinte par la suite, de telles opérations...